Litté-13
Titre original : Fight Club 
Titre français : Fight Club 
Auteur : Chuck Palahniuk 
Parution d’origine : 1996 
Parution française : 1999 
Pays : États-Unis 

Type : Science-fiction 
Genre : Roman 

Chuck Palahniuk : Né Charles Michael Palahniuck, dit « Chuck », le 21 février 1962, il est un romancier satirique et un journaliste américain indépendant. Son premier roman, Invisibles Monsters, est refusé à plusieurs reprises puisque le contenu est trop choquant, selon les éditeurs. C’est donc Fight Club qui est publié le premier, en 1996, et qui fait la célébrité de l’auteur grâce au film. Quelques années plus tard, il publie Invisibles Monsters, mais modifié, et en 2012 il publie la véritable version sur le nom de Invisibles Monsters Remix. En 1999, son père se fait assassiner par l’ex petit ami jaloux de sa nouvelle copine. Quelques années plus tard, sa mère meurt d’un cancer. Il écrit surtout des livres d fiction du style horreur et satire. Il compte faire une suite pour Fight Club, Rant et une trilogie (Damned, sorti en 2011, Doomed qui sort à la fin de l’année, et l’autre dont le titre est inconnu). 

Résumé : Sur le plus haut building du monde, deux hommes exploseront dans dix minutes : Tyler Durden et le narrateur. Flashback. Un jeune cadre conte ses errances d’avion en avion, sa vie passée à ausculter des carcasses de voitures pour le compte d’un constructeur automobile. Bien qu’en bonne santé, l’homme participe à divers groupes thérapeutiques, s’y repaît du malheur des autres et y retrouve le sommeil … jusqu’à sa rencontre avec Marla, une sadomasochiste qui pratique la même imposture. Plus bouleversante encore sera sa confrontation avec Tyler Durden, l’inventeur des fight clubs, ces lieux où de jeuens américains biens nés se battent à mains nues jusqu’à l’épuisement. Peut-être pour donner un sens à leur vie. Peut-être parce que dans ce chaos consumériste qui sert de monde, ‘‘la douleur est vérité, l’unique vérité’’. Mais pour Durden, il faut aller beaucoup plus loin … 

Note : 10/10 
Avis : Après avoir vu le film, je ne pouvais que vouloir lire le livre. Et je suis tombée en amour, officiellement, du style de Chuck Palahniuk. Je lis toujours trois livres d’un auteur avant de me faire une idée sur ce dernier, mais dans ce cas-ci je suis totalement amoureuse. Il est devenu l’un de mes auteurs fétiches, et j’ai bien l’intention de lire tous les livres qu’il a écrits.

Figth Club ne décrit pas simplement deux hommes à la recherche d’une identité, de quelque chose de nouveau afin de se sortir d’une société aliénée coincée dans des bureaux, sans avoir à penser, sans cesse suivre les directions d’un patron sans avoir à montrer une quelconque habileté intellectuelle, une société concentrée sur la consommation, mais bien l’envie de changer le monde. Le narrateur se définit par des espèces de meubles IKEA qu’il achète en grande quantité, comme si sa vie en dépendait. Comme le dit si bien Tyler : ‘‘les choses que tu possèdes finiront par te posséder’’, ce qui est totalement vrai dans un certain sens. Ce n’est que lorsque le narrateur est délivré de son appartement, de ses meubles qu’il prend conscience de l’absurdité de la vie.

Les personnages sont tous extrêmement poussés, ce qui les rend très intéressant. Tyler Durden est un marginal, quelqu’un qui cherche une raison de vie, une révolution dans un monde individualiste. Il se crée donc une armée, le Project Chaos, dans laquelle personne n’a de nom. Ils sont tous et chacun un Tout. Ils réfléchissent et agissent ensembles, et ils écoutent tout ce que Tyler leur dit. Sans poser de question. Puisque la première règle du Projet Chaos est : ‘‘On ne pose pas de questions sur le Projet Chaos’’, ce qui nous rappelle la première règle du Fight Club qu’il a créé avec le narrateur : ‘‘On ne parle pas du Fight Club’’. Ce qui était un divertissement, une fois par semaine, pour se libérer de leurs poids, est devenu une masse de destruction. Marla Singer est tout aussi étrange, tout aussi marginal dans un sens, mais c’est elle qui raccroche le narrateur à la vie réelle, même si elle ne comprend absolument rien de la situation.

C’est assez dure de décrire l’atmosphère de Fight Club, et ce même si j’ai adoré, parce qu’il faut le lire pour comprendre. C’est trash, c’est même dégoûtant parfois, mais c’est ce qui rend l’œuvre intéressante : Palahniuk veut choquer, il veut montrer une réalité en l’exagérant. C’est semblable pour Snuff et Monstres Invisibles. Il pointe du doigt quelque chose qui est visible – les conséquences du mannequinat, le manque d’amour et la pornographie, par exemple – et il le transpose dans un monde déjanté, dans une situation très trash. Il ne fait pas de leçon de moral, absolument pas. Je déteste les romans dont le thème est … trop évident et qu’à la fin il y est une leçon de moral. Il ne donne aucune leçon. Ici, il a pris des thèmes, les a mis en scène, voilà. Et c’est que je j’adore. J’adore passer du temps à le lire. Je vais faire le tour de tous ses livres publiés. C’est un auteur qui mérite d’être plus connu et il rejoint mes auteurs favoris avec Dostoïevski, Hugo, Shakespeare et plusieurs autres.  
And suddenly, I felt nothing.
Extrait : Au sommet de l’immeuble Parker-Morris avec l’arme de Tyler dans ma bouche. Tandis que bureaux, meubles-classeurs et ordinateurs dégringolent comme autant de météores sur la foule autour de l’immeuble et que la fumée sort en panaches des fenêtres brisées, tandis que l’équipe de démolition, postée trois blocs plus loin, a les yeux rivés sur son compte à rebours, je sais tout de ce qu’il en est : l’arme, l’anarchie, l’explosion, tout cela concerne en fait Marla Singer. 
Six minutes. 
Il existe entre nous une sorte d’histoire triangulaire. Je veux Tyler. Tyler veut Marla. Marla me veut. 
Je ne veux pas de Marla, et Tyler ne veut pas me voir dans ses pattes, il ne veut plus. Ceci n’a rien à voir avec l’amour comme dans affection. Ceci ne concerne que la possession comme dans propriété
Sans Marla, Tyler n’aurait rien. 

Fight Club : Un film culte : Si à sa sortie il n’était pas populaire, il est devenu un film culte au film des années. Sortie en 1999, il met en vedette Edward Norton (narrateur), Brad Pitt (Tyler Durden) et Helena Bonham Carter (Marla Singer). Et il faut dire que les trois acteurs font une prestation brillante. Il y a quelques différences entre le film et le livre, et je dois avouer que je préfère la version cinématographique pour plusieurs raisons. Premièrement, la relation entre le narrateur et Tyler. Dans le livre, il devient Tyler, dans le sens où il prend ses habitudes, etc., mais dans le film ils restent tous deux séparés. Le narrateur reste toujours lui-même et n’est pas entièrement d’accord avec son ami, ce qui justifie qu’il ne veut pas faire partie du Projet Chaos. Dans le livre, cependant, il fait exactement ce qu’il veut, allant jusqu’à presque faire un sacrifice humain : peut-être n’a-t-il jamais eu l’intention de le faire, mais pour moi ça ne lui ressemblait pas, ce n’était pas dans son caractère de faire du mal à autrui. Mais bon, avis personnel. Et ça, ce n’est qu’un exemple sur plusieurs. Je comprends la tentative de l’auteur, de rendre le narrateur similaire à Tyler, les raisons pour lesquelles il le fait, mais j’ai préféré qu’ils restent deux personnes distinctes. En tout cas, c’est un excellent film, qui reprend un excellent livre.

Suite éventuelle : Chuck Palahniuk a annoncé, cette année, qu’il ferait une suite à Fight Club. Dans celle-ci, le narrateur est marié à Marla Singer et ils ont un enfant. Tyler l’enlève. C’est à peu près les seules informations qu’il a donné, mais j’ai hâte de le lire ! Il n’est même pas encore écrit, sûrement, mais je ne peux pas m’empêcher de jubiler à l’idée qu’il y a une suite.


Libellés : edit post
11 Responses
  1. Je ne connaissais pas du tout l'auteur (enfin, si depuis que je l'ai vu sur ton suivi !) et j'ignorais totalement l’existence de ce film pourtant la distribution est excellente (surtout Helena Bonham Carter que j'adore !) Alors je note l'auteur (vu comment tu l'aimes ^^)


  2. Litté-13 Says:

    Cool !! Je suis contente alors ! =D Dès que tu lis un roman de Palahniuk, fais-moi signe ;).
    Tu devrais regarder le film, il est excellent, je l'adore littéralement.
    Aaaaah, Helena Bonham Carter est juste parfaite <3.


  3. Avis très intéressant! Est-ce qu'il est aussi question de schizophrénie comme dans le film?
    As-tu déjà lu des livres de Bret Easton Ellis? Vu ce que tu dis aimer chez Palahniuk je te le conseille. Les lois de l'attraction est son meilleur pour moi. Rien à voir avec le film qui est une catastrophe. C'est aussi lui qui as écrit American Psycho mais je n'ai pas aimé du tout.


  4. Litté-13 Says:

    Bien sûr ^^. Je ne l'ai tout simplement pas mentionné pour éviter d'en trop dire.
    Non, jamais, mais Amerian Psycho est dans ma WL et je sais qu'il est à la bibliothèque.
    Tu m'intrigues ^^. Je vais peut-être aller me le prendre pour le mois d'octobre, alors ! - mes lectures sont bouquées jusqu'à septembre.


  5. Oh! Je ne savais même pas que Fight Club était tiré d'un livre mais maintenant tu me donnes envie de le lire! Merci pour la découverte :)


  6. Litté-13 Says:

    Mais de rien ;). J'espère que ça te plaira !! C'est excellent.


  7. choulie Says:
    Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

  8. choulie Says:

    Même si ce n'est pas mon genre d'habitude , je note. Qui sait, je vais peut-être aimer. :)


  9. Litté-13 Says:

    Parfait !! :D J'espère que ça va te plaire.


  10. AnGee Ersatz Says:

    Ce film est super, et le livre est tout aussi bien! J'ai été impressionnée de voir à quel point le film et fidèle au livre, et j'ai vraiment adoré! Bravo pour ta chronique, elle m'a appris qu'il y allait avoir une suite!! J'ai hâte :)


  11. Litté-13 Says:

    Oui =D. Moi aussi, l'ambiance est semblable, les dialogques aussi.
    Mais de rien ^^. J'ai tout aussi hâte :).


Enregistrer un commentaire