Litté-13
Auteur : Vladimir Nabokov 
Parution : 1955 
Pays : États-Unis 
Genre : Roman (passion) 
Nombre de pages : 552 p. 

Résumé : Humbert Humbert, un homme d’une quarantaine d’année, nous décrit sa relation amoureuse, passionnelle et sexuelle envers une nymphette capricieuse de douze ans, Dolores Haze, alias Lolita. Cette liaison se terminera de façon tragique, emmenant la chute d’Humbert Humbert. 

 Note : 4/5 
Avis : Ce roman fait aussi parti de mes romans préférés, après Anna Karénine. Wolfsrain me l’avait vivement conseillé et dès que j’aie vu le film de Kubrick, sorti en 1962, j’ai décidé de lire le livre. Je fus rapidement emballée par l’histoire, la première partie se lut très rapidement, mais malheureusement j’ai un léger problème avec la seconde : c’est très long avant qu’Humbert Humbert ne retrouve sa Lolita. Pendant qu’elle est partie, il se retrouve avec une femme dont j’ai oublié le nom (Rita je crois, ou bien Rachel … R-quelque chose) et dont je m’en fiche totalement, et même si j’ai terminé le roman ce matin même, je ne me souviens même plus de ce qu’elle fait réellement et ce même si on la voit quand même pendant un bon petit moment. Mais bon, cette partie du roman ne semble pas m’avoir frappé pour que j’aie oublié qui elle est. 

Bien que le sujet soit choquant, j’ai adoré ce roman. Oui, ça traite de la pédophilie, mais j’ai plutôt l’impression qu’Humbert Humbert recherchait en les petites filles son amour d’été quand il avait treize ans : Annabel, qui est morte (il fait souvent référence à Annabel de Poe, d’ailleurs). Et il l’a retrouvé en Lolita. Enfin ce n’est qu’une supposition, je dois sûrement avoir tort. Enfin, les personnages en général sont tous détestables, mais j’adore ça. La mère de Lolita est très chiante et très stupide mais elle arrive à me faire pitié par moments puisqu’Humbert Humbert se montre cruel avec elle ; Humbert Humbert est un personnage lui-même cruel et imbu de lui-même, puisqu’il profite de Lolita le temps qu’il l’a sans jamais abusé d’elle ; et Lolita, c’est une petite peste capricieuse de douze ans qui mériterait de se faire remettre à sa place, mais peu importe. 

Nous n’assistons pas ici uniquement à l’amour d’Humbert Humbert pour Lolita mais bien aussi au développement de celle-ci, puisque ce n’est même pas lui qui l’a dévergondé. On découvre alors les nombreux ‘‘jeux’’ des pré-adolescents à la recherche de leur identité sexuelle (personnellement je n’ai jamais fait ce genre de ‘‘jeux’’, mais qu’importe). J’aime bien avoir la version des faits d’Humbert Humbert, qui n’est pas un violeur d’enfants : il ne touche à Lolita avant que celle-ci n’ait fait le premier pas, jamais avant. C’est donc un amour passionnel qui les détruira tous les deux. 

En bref, ce roman est à lire au moins une fois pour les lecteurs avides. Personnellement, j’ai beaucoup aimé. C’est un sujet très choquant que l’on vit parmi des personnages pathétiques. 

Citation : ‘‘Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme. Lo-li-ta : le bout de la langue fait trois petits bonds le long du palais pour venir, à trois, cogner contre les dents. Lo. Li. Ta. 

Elle était Lo le matin, Lo tout court, un mètre quarante-huit en chaussettes, debout sur un seul pied. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l’école. Elle était Dolorès sur le pointillé des formulaires. Mais dans mes bras, c’était toujours Lolita.’’

Adaptations cinématographiques : Il n’y en a que deux. Lolita, de Stanley Kubrick qui est mon réalisateur favori, sorti en 1962. Malheureusement, vu l’époque, ce film fut censuré (et Kubrick dira d’ailleurs que s’il avait su qu’il serait censuré à ce point, il ne l’aurait jamais fait). J’ai bien aimé la prestation des acteurs, même si c’était censuré. Le second, Lolita, est sorti en 1997. Je ne l’ai pas encore vu, mais j’espère le trouver bientôt (surtout que l’acteur qui fait Humbert Humbert fait la voix de Scar, dans The Lion King, en anglais, aucun rapport mais j’adore sa voix).
Libellés : edit post
3 Responses
  1. Melliane Says:

    je ne connaissais pas du tout mais merci pour la découverte!


  2. Litté-13 Says:

    De rien ! Si un jour tu le lis, j'espère que tu aimeras.


  3. je l'ai lu recemment et malheureusement je n'ai pas aime. Je l'ai lu en anglais et je pense que mon appreciation est en grande partie influencee par la langue. Toutes les critiques que j'ai lu parlent de la beaute de la prose de Nabokov mais meme en etant bilingue, mon niveau d'anglais n'etait pas suffisant. Alors peut etre un jour je le relirais en francais. Je l'ai trouve tres long par endroits, Humbert Humbert se perd dans ses pensees, les personnages comme tu dis sont tous detestables, j'ai eu du mal a voir au dela de l'histoire et du theme.


Enregistrer un commentaire